Sign in / Join

Est-ce que la cantine rentre dans la pension alimentaire ?

Comment réduire ou remettre en question les frais de maintenance ? (pension alimentaire) synopsis À quoi sert la contribution de maintenance - rappel

Communément appelée « pension alimentaire », la contribution alimentaire est un mécanisme juridique de protection qui a été mis en place au moment du divorce. La contribution alimentaire sert à compenser les circonstances économiques défavorables qui pourraient affecter les enfants ordinaires ou l'un des conjoints.

Elle consiste à verser une pension mensuelle pendant une certaine période . Il peut être déterminé par le juge ou être déterminé d'un commun accord par les époux si le divorce a lieu d'un commun accord. Le juge détermine si le divorce est unilatéral et doit être porté devant le tribunal. S'il est déterminé d'un commun accord dans le cadre d'une procédure de divorce, il est inclus dans le règlement du divorce qui est ratifié par le juge. Enfin, il peut être déterminé d'un commun accord lors de la procédure unilatérale de divorce.

A lire aussi : Quand le bébé reconnaît ses parents ?

Contribution d'entretien pour ex-conjoint ou enfants - distinction

Il existe deux types de contributions alimentaires qui doivent être clairement distinguées : — La contribution alimentaire des enfants, dont la base juridique est l'article 277 du Code civil. Il est versé aux enfants mineurs ou adultes qui terminent leurs études. - Le la contribution alimentaire de l'ancien conjoint conformément à l'article 125 du Code civil. Il est versé à un conjoint qui n'est pas en mesure de subvenir à ses besoins.

La contribution alimentaire versée à l'ex-conjoint conduit souvent à des malentendus quant à sa nécessité, son montant ou même sa durée. La logique derrière cette pension alimentaire est de maintenir une nouvelle vie convenable pour le conjoint qui se serait consacré à la famille ou au couple au détriment de sa propre vie professionnelle. La jurisprudence indique que la « contribution alimentaire en faveur du mari n'est due que si l'on ne peut raisonnablement pas s'attendre à ce que l'un des conjoints subvienne à ses besoins. En principe, sa propre capacité de subvenir à ses besoins l'emporte sur le droit de contribuer » (arrêt de la Cour suprême fédérale, 22 mars 2017, 5A_201/2016).

A voir aussi : Comment combatre le stress ?

Cependant, il ne suffit pas que le mari puisse trouver du travail. D'autres critères énoncés à l'article 125 du Code civil, ainsi que des critères juridiques, sont pris en compte, tels que la durée du mariage, l'âge du conjoint qui a besoin de la pension ou l'âge de l'enfant. Ces critères permettent de déterminer le montant et la durée de la pension. Ce concept de calcul basé uniquement sur divers critères nécessite un article spécial qui sera publié prochainement.

Contribution à la pension alimentaire pour enfants — Jusqu'à quel âge ?

Selon l'article 277 du Code civil, l'obligation de subvenir aux besoins du père et de la mère existe essentiellement jusqu'à ce que l'enfant atteigne l'âge de la majorité.

Cependant, cela peut prendre plus de temps si l'enfant étudie ou n'a pas encore Avoir une formation pour travailler et être indépendant . L'obligation expire si la durée de l'étude est exceptionnellement longue (trop de répétitions ou trop). réorientations).

Contribution à la pension alimentaire pour enfants — Modification de la situation financière d'un parent

paragraphe 2 de l'article 284 du Code civil permet à l'un des deux parents de demander au juge d'augmenter, de réduire ou d'abolir la pension si la situation de l'un des époux change.

Cependant, le droit et la jurisprudence maintiennent une appréciation stricte de l'expression « changement de situation » afin d'éviter un renvoi abusif au juge. La jurisprudence indique donc que « des faits nouveaux importants et durables dans la situation de le débiteur ou le créancier (...) L'objectif de la procédure de modification n'est pas de corriger le premier arrêt, mais de l'adapter aux nouvelles circonstances » (arrêt de la Cour suprême fédérale, 26 septembre 2011, 5A_99/2011).

Ainsi, il est possible de tenir compte d'une augmentation permanente du niveau de vie de l'un des époux, qui se serait produite après le divorce, afin de rééquilibrer la répartition de la charge alimentaire de l'enfant. Inversement, il est possible de modifier la pension versée en faveur de l'enfant si la situation de l'un des conjoints s'est aggravée.

Par exemple, le cas du chômage de plus de quatre mois justifie la modification de la contribution alimentaire des enfants : « Selon la jurisprudence, une période de chômage de plus de quatre mois ne peut plus être considérée comme de courte durée. Situation, il est nécessaire en principe que le taux effectivement obtenu Les prestations de chômage à prendre en compte (...) La durée de la période de chômage dépend en tout cas des circonstances spécifiques de chaque cas, en particulier de la situation économique » (arrêt de la Cour suprême fédérale, 25 juin 2014, 5A_78/2014).

Le Les juges en chef déterminent que la situation dépend du cas spécifique, ce qui signifie qu'elle doit être analysée au cas par cas et, surtout, dépend de la situation économique. Par conséquent, une période de chômage de plus de quatre mois ne peut être prise en compte si le conjoint demandeur dispose d'un important patrimoine lui permettant de gérer facilement la situation ou si l'allocation de chômage est importante et lui permet de continuer à participer à une pension alimentaire. Contribution des enfants.

Questionner ou réduire Contribution d'entretien de l'ancien conjoint

le remariage ou la cohabitation de l'ancien conjoint

le remariage. Dans ce cas, la pension alimentaire est automatiquement supprimée conformément à l'article 130 du Code civil. Une autre situation, qui donne le droit d'annuler ou de réduire la pension versée à l'ex-conjoint, est équivalente à celle de sa cohabitation. Il est très courant que l'ancien conjoint reçoive une contribution d'entretien, cache son nouveau statut de partenaire de vie. La jurisprudence estime que le fait de vivre ensemble peut entraîner la perte du droit à une contribution alimentaire afin d'éviter la fraude de l'article 130 du Code civil sur le remariage. Il serait donc suffisant pour ne pas se remarier pour bénéficier injustement de la pension versée par le conjoint interrogateur. Toutefois, pour faire valoir le nouveau statut de cohabitation de l'ex-conjoint bénéficiaire de la pension, il faut prouver qu'il s'agit d'une « cohabitation qualifiée », c'est-à-dire une situation comparable à celle des époux. Selon la jurisprudence, la cohabitation qualifiée est : « une cohabitation d'une certaine durée entre deux personnes de sexe différent, principalement de caractère exclusif, qui est à la fois spirituelle et spirituelle, physiquement et économiquement, parfois appelée communauté de toit, de table et de lit » (Jugement de la Cour suprême fédérale, 17 janvier 2014, 5A_620/2013). Il n'est pas nécessaire que la cohabitation de l'ex-conjoint réponde à tous les critères de cette définition, la jurisprudence permet au juge d'avoir un certain De la place pour l'appréciation. L'élément le plus important est la composante spirituelle, c'est-à-dire la communauté du destin : « En revanche, il est important de savoir s'il forme une cohabitation si étroite avec son nouveau partenaire qu'il est prêt à l'assurer de loyauté et de soutien, comme le prévoit l'article 159, paragraphe 3, du code civil le conjoint sur. Le respect de cette condition ne dépend pas des ressources financières des partenaires, mais de Le cas le plus facile à remettre en question la pension alimentaire pour époux est leurs sentiments mutuels et de l'existence d'une communauté de destin

Le juge fait une évaluation globale de la situation des partenaires de vie et prend en compte les éléments clés.

Par exemple, il n'est pas nécessaire que les couples vivant ensemble vivent sous le même toit ou qu'ils portent nécessairement des fardeaux partagés, car c'est la composante spirituelle qui prévaut toujours (communauté du destin). Cependant, les éléments de faits économiques et physiques seront les preuves les plus faciles à rapporter dans la pratique.

 » (arrêt de la Cour suprême fédérale du 18 décembre 1997, 124 III 52). L'extrait de l'arrêt cité est un bon exemple de l'analyse des preuves et des faits par le juge : — Vivre ensemble dans une maison acquise ensemble et financée à l'aide de régimes de retraite d'entreprise (ici les composantes physiques et économiques sont remplies, cela montre également un facteur de stabilité). paiement de tous ou une partie du loyer, la totalité du coût de la nourriture pour le partenaire au chômage (éléments économiques et spirituels satisfaits, notamment en raison de l'assistance) - ouverture d'un compte conjoint (composante économique) - avis de décès indiquant les noms des deux partenaires de vie (composante spirituelle) - enregistrement des kohabins dans le contrôle des résidents à la même adresse (composant corporel et facteur de stabilité).

Depuis avril 2011, l'intimé vit avec C.B.________ dans une maison qui a été achetée en copropriété, un tiers pour les répondants et les deux tiers pour leur accompagnateur, et financée avec l'aide de leur régime de retraite d'entreprise. Selon elle, les partenaires se sont rencontrés en 2005, date à laquelle les intimés vivaient avec leurs enfants dans l'ancienne maison familiale aux États-Unis________. Quand ils sont devenus indépendants, la maison a été vendue et l'intimé s'est installé dans V. ________. Pour être plus proche de ses enfants, elle a ensuite trouvé un appartement à W.________ et comme elle n'a pas été libérée de son domicile en V.________, son partenaire lui aurait payé les trois premiers mois de loyer de sa nouvelle maison, puis en aurait payé la moitié à partir du 15 octobre 2005 - malgré le fait qu'il ait continué à vivre dans X. _______ _ -, le répondant n'ayant pratiquement aucun travail avait. Ils ont ensuite abordé la mort de la mère de C.B._______ en 2008, annonçant son décès le 18 décembre 2008, qui mentionnait « C.B._______ et son petit ami B.A. ________ à X.________ ». À l'automne 2010, les parties intéressées se sont inscrites à la même adresse pour le contrôle des habitants de la municipalité de V. ________. Selon eux, cependant, ils n'ont acheté leur maison ensemble qu'en avril 2011, et selon les répondants, ils ont acheté cette propriété pour « avoir quelque chose de leur propre à un prix avantageux » et ont ouvert un compte conjoint pour les frais hypothécaires. Bien que les deux parties concernées aient déclaré avoir chacune payé leurs propres dépenses, l'intimée a tout de même affirmé qu'elle n'était pas en mesure d'y faire face et que son partenaire avait payé la totalité du coût de la nourriture. Sur la base de ces facteurs, le tribunal précédent a statué que le Intimée dans une affaire depuis avril 2011, lorsqu'elle avait emménagé dans la maison avec son partenaire, qu'elle avait acquise ensemble. La situation financière du couple étant relativement tendue et le bâtiment ayant été financé par le régime de retraite d'entreprise des deux parties impliquées, l'achat de la propriété était un signe d'engagement personnel suffisamment important pour admettre qu'il s'agissait d'un facteur de stabilité.

Arrêt de la Cour suprême fédérale du 2 juin 2016, 5A-373/2015.

qu'une simple cohabitation (donc non admissible) a duré au moins cinq ans. Le juge suppose que la cohabitation est qualifiée, et il appartient à l'ex-conjoint de prouver que sa cohabitation ne répond pas aux critères d'une cohabitation qualifiée (arrêt de la Cour fédérale du 17 janvier 2014, 5A_620/2013). Il faut garder à l'esprit que cette jurisprudence a pour but d'éviter l'abus du droit de se remarier prévu à l'article 130 du Code civil. Le fait de vivre ensemble, que l'on qualifierait de temporaire ou de non sérieux, ne suffit donc pas à remettre en cause les pensions alimentaires. La question de la preuve peut être difficile car il semble donc difficile de prouver cette cohabitation qualifiée car le contexte dans lequel la preuve doit être obtenue est évidemment privé. Pour cette raison, le recours à un détective privé habilité à présenter des rapports d'enquête au tribunal est parfois essentiel. Cela facilite la preuve des faits au juge, afin que le juge puisse mener une vie commune qualifiée. Le recours à des témoins peut également être utile. Cependant, la Cour fédérale de justice a assouplie ses exigences en matière de preuve. Une fois que l'ex-conjoint débiteur de la pension peut prouver Nous devons être en mesure de démontrer que les partenaires de vie sont

des partenaires de vie et qu'il existe « un lien aussi étroit entre eux qu'entre conjoints ». amélioration ou aggravation de la situation financière

La contribution alimentaire de l'ex-conjoint conformément à l'article 129 du Code civil est soumise à la même juridiction en ce qui concerne l'évolution de la situation de l'un des conjoints qui s'applique à la contribution alimentaire des enfants.

Le concept de changement significatif et durable doit donc être interprété de la même manière. Cela vaut pour les mêmes situations que le chômage de l'un des conjoints ou, inversement, pour une augmentation des ressources liées à la promotion, à l'emploi indépendant ou à l'héritage d'un important patrimoine.

Accord de divorce - Consentement et erreurs de caractère contribution alimentaire inégale

Ces cas sont moins fréquents parce que le juge est en principe tenu de ratifier le règlement du divorce « après qu'il a été déterminé que les époux l'ont conclu après un examen attentif et de leur plein gré, qu'il est clair et complet, et qu'il n'est pas manifestement injuste » (art. 279 du Code de procédure civile).

Toutefois, des situations injustes peuvent survenir plus tard. C'est le cas, par exemple, lorsque l'un des époux ne connaît pas ses droits ou ses faits. C'est également le cas si l'un des conjoints a menti sur le montant de ses revenus ou de son héritage. Il est donc possible pour la partie lésée de déterminer le montant ou l'existence de la contribution alimentaire devant le juge sur la base du principe de inégalité manifeste (art. 279 du Code de procédure civile) et/ou le principe général de l'absence de consentement (erreur, tromperie ou menace).

En ce qui concerne le principe d'injustice flagrante, seuls des praticiens du droit expérimentés peuvent évaluer si la contribution alimentaire prévue dans le règlement du divorce est injuste ou non. En fait, l'évaluation par le juge de l'inégalité du règlement du divorce est faite par le juge sur ce que le juge aurait attribué au conjoint qui reçoit la pension dans le cadre d'un divorce contentieux (unilatéral). Il est donc nécessaire d'avoir des connaissances et une expérience juridique suffisantes pour savoir ce qu'un juge aurait déterminé dans un jugement de divorce.

En ce qui concerne les lacunes dans le consentement, telles que l'injustice manifeste, elles peuvent être constatées dans le recours contre la ratification de la Convention par le juge ou être réclamé plus tard si l'erreur ou la fraude est révélée par la suite. Le principe des vices de consentement permet de s'interroger sur l'élément litigieux à l'origine de l'erreur, de la fraude ou de la menace.

Il faut comprendre que le règlement du divorce est une transaction spéciale, c'est-à-dire un accord visant à prévenir les litiges ultérieurs. Il doit donc donner aux conjoints une certaine marge de manœuvre dans la rédaction de ce dernier, et le rôle du juge n'est donc pas de vérifier pleinement la stricte équité. Le juge a la liberté de jugement et n'intervient que s'il constate un écart important entre le règlement du divorce et le verdict hypothétique qu'il aurait rendu : « Il doit y avoir une discordance évidente entre les actions attribuées à chacun des époux, l'exigence que l'accord ne soit pas injuste et représente une mesure de protection qui devrait empêcher la ratification des conventions léonine ou despoiler. À cet égard, le juge possède un grand pouvoir d'évaluation, l'adverbe utilisé « évidemment » par le législateur montre que seuls des écarts significatifs par rapport à une solution équitable peuvent entraîner un refus de la ratifier » (arrêt de la Cour fédérale, 5 août 2014, 5A_74/2014).

La remise en question des pensions alimentaires pour cause d'injustice et/ou d'absence de consentement fait l'objet de procédures différentes selon les cas. Le règlement de divorce contesté peut initialement être contesté sous la forme d'un recours juridique une fois qu'il a été ratifié par le juge. Il est possible de le remettre en question ultérieurement par le biais d'une action de modification ou d'une action de modification une fois que le débiteur découvre son erreur ou la fraude de son ex-conjoint.

L'

enquête ou la réduction du Pour cette raison, un avocat spécialisé en divorce est recommandé dans le cadre de la rédaction d'une convention de divorce entre conjoints, car cela permet la conclusion d'un accord équitable conformément à la loi et évite ainsi des litiges ultérieurs.