Sign in / Join

Quel est le rôle économique de la famille ?

Lors de cette édition du printemps familial dédiée aux pères, aux grands-pères et aux tontons, ces derniers ont affronté les plus petits au baby-foot, sont retombés en enfance avec des jeux d'arcade et ont appris à cuisiner des rouleaux de printemps. Ils ont également été au centre des discussions, à la fois à la radio parentale et dans des groupes d'échange. La question à laquelle tout le monde voulait répondre est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît : quel est exactement le rôle d'un père dans une famille ?

Il n'y a pas si longtemps, la question ne se posait pas : les hommes travaillaient et les femmes restaient à la maison pour nettoyer et s'occuper des enfants. Tout le monde avait un rôle clairement défini au sein de la famille. « Il est vrai qu'à notre époque, l'homme était moins investi. Il est rentré tard le soir après le travail et était donc moins présent en tant que père », admet Danielle Jacquaut, retraitée et bénévole chez Contact 57. Maintenant qu'une grande majorité de femmes travaillent, ce modèle n'est plus la norme en France, ce qui nécessite de développer davantage l'emploi occupé par chaque individu.

A découvrir également : Qu'est ce qu'est une famille ?

Dans les familles dont la mère travaille et le père qui travaille, « les rôles doivent être les mêmes », explique Danielle Jacquaut. En fait, ce n'est pas toujours le cas, mais cela évolue dans la bonne direction. Les pères investissent davantage dans l'éducation. Ils participent dès la naissance. » Un sentiment partagé par plusieurs participants au Printemps des Familles et confirmé par Noëlle, ancienne infirmière en psychiatrie pédiatrique et bénévole de l'association La Puce à l'Oreille : « Il y a maintenant une ordonnance restrictive pour partager davantage, car les femmes ont également un rôle économique à jouer. Il est encourageant aujourd'hui de constater que Les pères prennent soin de leurs enfants de plus en plus tôt. Il y a trois ans, il était rare de pouvoir jouer avec les plus petits ».

Des inégalités qui existent malgré tout

Le rôle du père doit donc être investi dans l'éducation de son enfant au même titre que la mère. Cependant, s'il y a une évolution positive dans cette direction, l'égalité n'a pas encore été atteinte. C'est du moins l'impression de Malhé Ngoma, qui accueille la Maison d'Anjou, lieu pour parents et enfants : « Il est très rare que des hommes visitent cet espace. Les pères qui ne sont pas assez présents sont également un thème récurrent dans les échanges entre les femmes qui viennent à Maison d'Anjou : le fait qu'elles ne prennent pas assez de place dans leur relation avec leurs enfants, qu'elles sont trop absentes de la formation. Après cela, nous avons un public composé principalement de femmes au foyer, qui peuvent explique que les rôles au sein des familles sont définis de cette façon. »

Cependant, une étude de la Direction des recherches, des études et des statistiques (DARES) montre que cette inégalité touche également les couples dans lesquels le père et la mère travaillent :

La mère est le parent qui fournit la majorité des services de garde d'enfants et y consacre la majeure partie de son temps disponible. Selon l'horaire de travail, le temps que les mères passent avec leurs enfants représente entre 71 % et 81 % de leur temps disponible, tandis que les pères ne s'occupent qu'entre 53 et 65 %.

Est-ce qu'un père doit se protéger ? Direction de la recherche, des études et des statistiques

Quand on demande aux enfants quel rôle joue un père, comment Sidney a-t-il joué dans cet épisode d'Open Mic et Moya Agui avec les petits qui assistaient à la réception familiale du PEP 57, un mot revient : il doit « protéger » sa famille. Pour Noëlle, de la puce à l'oreille, « le père est moins proche de l'enfant. Il a donc plus d'autorité, bien sûr, ce qui explique ce côté protecteur. »

Mais pourquoi les pères devraient-ils être moins proches de l'enfant ? Selon l'ancienne infirmière en psychiatrie pédiatrique, « la mère porte l'enfant, elle a donc une place prédominante. Il existe une relation physique qui se poursuit avec l'allaitement maternel après la naissance. Le rôle du père est plus périphérique, moins charnel, moins fusionné, ce qui ne signifie pas qu'il n'y a pas d'attachement. Cependant, c'est plus clair. Il fait sortir la mère et l'enfant de leur vessie, ce qui rend cette dernière sociable. Le père doit également dire à l'enfant qu'il n'est pas au centre de la vie émotionnelle de sa mère.

Il y a là une réelle complémentarité des rôles. Ce lien spécial entre la mère et l'enfant reste toujours là, même s'il se détend au fil des ans, mais cela n'empêche pas la Égalité de responsabilité pédagogique.

Si le père a un fils, il lui sert également d'exemple. « Les garçons s'identifient au père et les filles à la mère, le père est donc important à ce niveau », explique Noëlle. C'est cette relation qui permet à l'enfant de devenir un homme, de se viriliser, de se sexualiser. Les enfants imitent beaucoup les parents. Un homme qui investit dans le secteur domestique est donc positif pour sa mère, mais aussi un bon exemple pour le garçon. »

« L'important, c'est d'avoir de l'amour »

Les pères jouent donc un rôle important dans les familles composées d'une mère, d'un père et d'enfants ; mais qu'en est-il des familles monoparentales ou homo-parentales sans hommes ? « Il est important de ne pas avoir de père, mais d'avoir de l'amour », pour Danielle Jacquaut. Elle et son mari Georges sont grands-parents de deux enfants. petit garçon issu d'une union de deux femmes. Pour eux, l'absence de figure paternelle « n'est pas un problème. Ils ne remettent plus en question leur identité que les autres enfants et ont toujours des références masculines dans leur cercle restreint », assure Georges Jacquaut.

Si Noëlle estime qu'il est encore tôt pour prendre du recul vers les familles homoparentales, elle est certaine d'une chose : « Pour les couples de deux femmes avec enfants, il faut assumer un rôle plus masculin, qu'elle est moins dans la fusion, et qu'elle a le rétrospective nécessaire rétrospectivement pour éviter s'impliquer dans une bulle pour rester, couper de la société ».

La question de l'absence du père se pose également pour les parents isolés, qui sont composés de femmes célibataires avec enfants qui représentaient 18,9 % de l'ensemble des familles ayant des enfants de moins de 18 ans en 2014 (source : INSEE). À Borny, la proportion de parents isolés dans toutes les familles était 29,4 % en 2010 (source : Metz Métropole City Contract — 2015-2020). Pour Noëlle, cette situation est « compliquée, mais il y a des amis, des oncles, qui peuvent jouer un rôle et se positionner comme des mères porteuses. Lorsque le père est absent, l'enfant peut souffrir, mais si la mère s'adresse aux hommes qui l'entourent, cela peut aider et être très positif. »

Les pères jouent donc un rôle primordial dans la famille : protecteur, modèle, source de sociabilité,... Cependant, elles ne sont pas indispensables et des familles heureuses peuvent exister sans elles. Les oncles et les grands-pères sont là pour cela aussi !