Sign in / Join

Comment faire pour qu'une fille arrête de pleurer ?

Les pleurs sont normaux et les enfants ont le droit de pleurer.

A lire également : Quand se termine les pleurs du soir ?

Chaque fois qu'un adulte dit à un enfant de se calmer, d'arrêter de pleurer qu'il est moche de pleurer, qu'il n'y a aucune raison de pleurer, cela rend la vie difficile à tout le monde : pour l'enfant, parce que pleurer est précisément sa façon de vivre ses émotions, et pour l'adulte parce que l'enfant a besoin de plus de soutien plus tard parce que les émotions refoulées se manifesteront d'une manière ou d'une autre.

Les pleurs sont normaux pour tous les enfants et il n'est pas nécessaire d'arrêter de pleurer. Les larmes sont un processus de guérison normal et demandent du soutien. Ils ne doivent pas être rassurés ou supprimés à tout prix, mais doivent être pris au service de la vie avec empathie comme message du corps.

Lire également : Comment soulager une crise de colique néphrétique ?

Lorsque vous imaginez l'importance de pleurer ce qui vous tient à cœur, vous comprenez à quel point il est important d'encourager les enfants à sortir de toutes leurs souffrances. sortir (émotionnellement et/ou physiquement).

Quand vous dites à un enfant d'arrêter de pleurer, vous lui dites que ses sentiments ne sont pas importants, qu'il ne doit pas avoir confiance en lui-même, que ses sentiments ne sont pas légitimes et qu'il se soucie de lui. Si nous voulons que nos enfants fassent confiance à leur corps et nous parlent de leurs grands problèmes plus tard, nous devons d'abord faire preuve de confiance dans la légitimité de leurs émotions et écouter leurs petits problèmes en tant que jeunes enfants.

Les pleurs sont toujours légitimes et appropriés pour l'enfant qui pleure (sinon il aurait trouvé un autre moyen d'exprimer ses sentiments). Il se peut qu'à nos yeux d'adulte, l'événement à l'origine des cris semble dénué de sens et insignifiant, mais aux yeux de l'enfant, il est important qu'il le fasse pleurer. C'est par notre empathie, notre affirmation émotionnelle, notre compréhension que l'enfant est progressivement Développe des compétences de régulation émotionnelle et acquiert des ressources internes en fonction de la sécurité émotionnelle que nous lui avons donnée.

Écoutez attentivement ce que vos enfants veulent vous dire. Si vous n'écoutez pas attentivement ces petites choses quand elles sont petites, elles ne vous diront pas les grandes choses quand elles sont grandes. Pour eux, il n'y a pas de différence : il s'agit toujours de choses importantes. - Catherine Wallas

10 choses à dire au lieu de « Arrête de pleurer ! » Beaucoup d'entre nous ont été contraints de subir une oppression émotionnelle dans leur enfance. Bien que nous sachions que la meilleure chose à faire est de ressentir des émotions, les pleurs des enfants peuvent nous rendre impuissants ou même paniquer.

La bonne nouvelle est que plus vous essayez d'accepter l'émotion, plus vous progressez vers l'exactitude relationnelle. Voici 10 choses à dire au lieu de « Arrête de pleurer !

« :

  1. Tu as le droit d'être triste pour être/pleurer.
  2. Je vois que c'est vraiment difficile pour toi.
  3. Je suis d'accord avec toi.
  4. Tu veux m'en parler ou m'en dire plus à ce sujet ?
  5. Je t'écouterai si tu veux parler.
  6. C'était vraiment effrayant quand... /décevant quand... /triste quand...
  7. C'est vrai que c'était injuste.
  8. OK, il faut de l'espace/de la solitude. Je vais dans le salon/cuisine/chambre et tu peux venir me voir quand tu te sentiras prêt. Tu peux m'appeler si tu en as besoin.
  9. Scream, j'écoute à quel point tu te sens mal.
  10. Criez tout ce dont vous avez besoin pour pleurer.

Vous pourriez facilement ajouter : « Je t'aime ». Et parfois, ne rien dire peut être aussi efficace pour établir un lien émotionnel que de prononcer n'importe quel discours. Une présence silencieuse, un regard sensible, un câlin en silence peuvent dire mille mots pour un enfant dans le besoin.

6 choses à éviter avec un enfant qui pleure

  • Distraire les enfants de pleurer
  • Punir les enfants qui pleurent (ou les humilier, les critiquer, les menacer d'isolement)
  • Demandez les raisons pour lesquelles l'enfant pleure (le mot « mais » annule tous les avantages de l'écoute avec empathie)
  • Poser trop de questions (d'abord le lien émotionnel, puis la possible redirection du comportement et la résolution de problèmes)
  • Dire « psst » ou « c'est bon » (ce qui est similaire à la suppression émotionnelle)
  • Lancez un ultimatum (à condition que vous pleuriez pendant 2 minutes mais que vous ne vouliez pas non plus qu'il dure 5 minutes)

En gardant ces quelques suggestions de réactions aux pleurs des enfants, nous pouvons profiter de l'occasion que présentent les émotions des enfants pour établir des liens et promouvoir leur santé mentale.